Rencontre avec … Maxence Fermine

La dernière rencontre tout public de la saison 2014 de l’Echappée-livres s’est tenue le 25 mars à 17 h au secteur jeunesse de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu.

L’auditoire était particulièrement nombreux ; une cinquantaine de lecteurs de tous âges ont tenu à assister à ce moment d’échanges avec un auteur reconnu de la littérature française contemporaine, Maxence Fermine.

L’écrivain, qui partage son temps entre l’écriture de romans et son métier de reporter à « Alpes Magazine », a tout d’abord exposé la démarche qui l’a mené à écrire « La petite marchande de rêves ». En effet, Maxence Fermine n’est pas un auteur jeunesse proprement dit. Il s’adresse habituellement aux adultes.

Pour lui, l’idéal serait d’écrire pour tout le monde, comme Saint-Exupéry a su le faire avec son « Petit Prince ».

Le livre est né de différents rêves, d’abord celui d’un enfant, Malo, fils d’une de ses amies parisiennes qui voulait être le héros d’un livre. Puis celui d’une de ses filles à l’origine du monde en noir et blanc décrit dans le roman et des bulles colorées sortant d’une tombe.

A partir de là, l’histoire a pu vivre sa propre vie, sorte d’ « Alice aux pays des Merveilles » au masculin fortement influencée par l’œuvre cinématographique de Tim Burton.

Les illustrations intérieures ont été choisies suite à un concours d’illustration proposé par l’éditeur sur Internet.

Ce roman a été suivi de deux autres, « La poupée de porcelaine » et « La fée des glaces », prétextes également à mettre en scène les enfants de son entourage, telle Louison, la petite sœur de Malo.

Ces incursions en littérature de jeunesse ne sont à priori qu’une parenthèse dans l’œuvre de Maxence Fermine.

Les aventures de Malo au Pays des Ombres vont s’arrêter là.

A des questions plus générales sur sa façon d’appréhender son métier d’écrivain, il répond qu’il se considère comme un conteur, qu’il a toujours été attiré par la poésie, l’imaginaire et la fantaisie. Cette imagination créatrice, il la nourrit de ses très nombreuses lectures et de ses rencontres. En cela son travail de reporter lui apporte beaucoup.

La rencontre s’est poursuivie tard dans la soirée par une séance de dédicace très fréquentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.