Prix du sortilège – Zoé Vandenberghe

Salut Nina, j’ai beaucoup aimé ton dernier courrier. Que ce doit être effrayant d’ouvrir un coffre et d’y trouver un squelette. Et à la fois palpitant d’enquêter. Moi je n’aurais jamais eu ton courage. Surtout lorsque le meurtrier vous a retrouvé. D’ailleurs j’ai hâte que tu me présentes tes amis Yvon et Malo.

Cette fois c’est à moi de te raconter mes aventures loin d’être aussi palpitantes que la tienne mais j’espère vraiment que tu pourras m’aider car je ne comprends plus rien à ce qu’il m’arrive.

Il y a 4 jours j’étais en train de chasser tranquillement une souris. J’allais lui bondir dessus lorsque j’ai éternué à plusieurs reprises. J’ai pensé que ce n’était rien mais le lendemain lorsque je me suis de nouveau retrouvé devant une souris, j’étais bleu à points jaunes et la souris s’est mise à rire mais à rire. Et elle pouvait car les chats bleus, ça ne court pas les rues. Le troisième jour, tu ne vas jamais me croire, je me suis retrouvé avec des oreilles et une queue de souris comme si j’étais en train de muter. Nina au secours, j’ai l’impression d’être allergique et maintenant je suis la risée du quartier.

À chacune de mes sorties, tout le monde se moque de moi. Avant de t’embêter avec mes soucis tu te doutes bien que j’ai essayé de contacter Esther ma maîtresse adorée mais elle est partie en vacances dans le monde des sorciers, pour y voir sa mère. Elle ne sera pas là avant un mois.

J’attends très vite de tes nouvelles avec une solution si tu en as une.

Bise, ton ami Mandragore, chat désespéré.