Prix du polar – Alice Bottala

Monaco, le 1er mars 17

Chère Nina,

Je suis dans le monde humain : je m’y plais. J’aide des gens à retrouver leurs animaux ; mais sans utiliser de potion magique.

Par exemple, je viens d’aider un petit garçon, Alexis, à retrouver son chien Piboul : ce magnifique labrador, au pelage crème, n’était pas rentré depuis dix jours. Son maître était trop malheureux et ne savait pas où chercher. Ça n’a pas été facile ! D’abord,  j’ai mis des affiches avec le numéro de téléphone d’Alexis : sans résultat. J’ai aussi perdu du temps à chercher la journée : Alexis avait oublié de me préciser que Piboul ne sortait que la nuit… Alors j’ai dû dormir le jour pour enquêter la nuit. J’ai scruté chaque rue de chaque quartier : rien. Désespérée, j’ai même fouillé les poubelles à la recherche de son cadavre : rien. J’ai finalement pensé qu’il avait quitté Monaco. Excellente idée car je l’ai retrouvé à Nice : ce séducteur prenait tranquillement le soleil avec sa belle, une petite chienne au pelage roux. Cette enquête m’aura pris 22 jours ! Je suis très fière. Alexis est ravi et maintenant maître de deux chiens ! Eh oui ! la petite chienne était orpheline et a continué de le suivre. Tout est bien qui finit bien ! Sache que cette paresseuse de Mandragore n’a même pas levé une petite griffe pour m’aider !

Et toi, tout va bien au château ? J’attends de tes nouvelles.
Bisous
Esther