Rencontre avec … Véronique Petit

rencontre veronique petit

dédicace de Véronique Petit

 

Véronique Petit, auteur de Une voix en Nord, roman sélectionné pour l’Échappée-livres 2015, a rendu visite aux jeunes lecteurs de l’agglomération annécienne pour la seconde fois. En 2008, elle était déjà présente pour son roman Dix publié chez Rageot.

Plutôt vouée aux chiffres dés son jeune âge, elle commencera d’ailleurs des études de maths après un bac scientifique, Véronique Petit se tourne ensuite vers les gens, trouvant plus d’intérêt aux personnes qu’aux concepts mathématiques. Elle devient donc assistante sociale dans un centre médico-social. Parallèlement, l’amour des mots et de l’écriture lui sont venus très tôt, dés l’âge de 9 ans, par l’intermédiaire de l’art dramatique. Elle commence à écrire des pièces de théâtre, puis des histoires qui deviendront des romans, toujours pour la jeunesse, genre qui lui semble plus libre, plus ouvert à tous les possibles. En 2005, paraît son premier livre Mon beau miroir.

Assistante sociale le jour, écrivain le soir, les deux mondes se mêlent forcément à un moment où à un autre : c’est ainsi qu’est née l’idée de Une voix en or, sur le thème de l’illettrisme, sujet peu abordé tant en littérature jeunesse que dans les romans pour adultes. Le sujet peut déranger puisqu’il sera d’abord refusé par un premier éditeur avant d’être accepté chez Oskar jeunesse. Cet ouvrage a d’ailleurs bénéficié d’un grand intérêt puisqu’il a fait l’objet de nombreuses sélections dans toute la France.
Ses sources d’inspiration ne se limitent pourtant pas à son vécu professionnel. Elle aime écrire également des comédies ou des histoires fantastiques, pour les plus jeunes ou pour les adolescents.

Elle a terminé sur quelques conseils aux futurs écrivains venus la rencontrer : aimer lire, écrire et réécrire, être attentif et ne pas se décourager. Son premier roman a mis 17 ans pour être publié ! Et comme elle le dit si bien : « Chaque personne a un talent. Le talent c’est un domaine où on est bien, où on se ressource, où on peut grandir. Pas facile à trouver mais tout le monde en a un qu’il faut cultiver. » À l’image de son héros Marco.
La rencontre, rassemblant une vingtaine de personnes, s’est déroulée à la médiathèque La Turbine à Cran-Gevrier.
Elle s’est achevée par une séance de dédicaces en présence de la librairie L’île aux livres.