Rencontre avec … Véronique Delamarre Bellego

C’est à la bibliothèque d’agglomération Bonlieu- Annecy que Véronique Delamarre Bellégo, auteur du roman  D’étranges nuits d’été  (sélection Échappée-livres 2015) a rencontré, le mercredi 28 janvier, son public de jeunes lecteurs. Une vingtaine de personnes, enfants et parents, ont assisté à ce rendez-vous.

Auteur de 15 romans à ce jour, Véronique Delamarre Bellégo a tout d’abord exprimé le plaisir qu’elle avait de se retrouver face à ses lecteurs. « Le métier d’écrivain est un métier solitaire ! », souligne-t-elle «et il prend tout son sens quand l’auteur et ses lecteurs peuvent échanger autour des livres ».
Elle a ensuite décrit le parcours, un peu atypique qui l’a menée à l’écriture : de son rêve d’enfant à sa réalité d’adulte.
« Le plus beau jour de ma vie, c’est celui où j’ai appris à lire ». Dés lors, le monde des histoires que sa grand-mère lui avait fait connaître – elle lui en racontait une chaque jour – va s’enrichir de ses propres lectures.

En revanche, elle ne se sent pas encore un profil d’écrivain, réservé à des gens morts ou très très vieux.
Elle s’oriente vers d’autres études, travaille en entreprise avant de quitter la France et de s’installer en Asie où elle découvre d’autres langues, d’autres cultures.
C’est là-bas, à 36 ans, qu’elle va écrire son premier roman pour la jeunesse « Lise, ma chérie ».
Les questions du public autour du roman D’étranges nuits d’été  lui ont permis d’expliquer sa démarche qui, d’une idée de départ, a conduit à un récit achevé. La magie qui peut émaner des belles nuits d’été a été à l’origine de ce livre. Puis les personnages se sont imposés d’eux-mêmes, l’histoire s’est dessinée peu à peu mais il a fallu construire au fur et à mesure un canevas cohérent. Entourée de mystère, la fin interroge beaucoup les jeunes lecteurs. Deux étés lui ont été nécessaires pour mener à bien ce roman, tant elle avait besoin de s’imprégner de l’atmosphère propre à cette saison.

Elle travaille actuellement à un roman Les pépés de Marseille dans lequel elle décrit deux grands-pères farceurs, dans la veine des histoires marseillaises.
Parallèlement à son métier d’écrivain Véronique Delamarre Bellégo anime des ateliers d’écriture, assiste des étudiants en alternance à l’université Paris-Dauphine et œuvre en tant que bénévole pour l’association « Enfants du Mékong » qui a pour but la scolarisation de jeunes défavorisés en Asie du Sud-est.

La rencontre s’est achevée par une séance de dédicaces avec la librairie « L’île aux livres ».